A 70 km de La Paz les restes de Tiwanaku sont le temoignage d une civilisation autrefois brillante et qui a son apogee compta pas moins de 50 000 habitants dans sa capitale.

DSC06970 DSC06971

En haut: j aime beaucoup cette photo ou l envie de savoir qui se cache derriere la casquette du premier plan est dans un second temps satisfaite dans le retroviseur. L angle ne st pas des plus reussis mais ce genre de photo est difficile a prendre en plein marche.

En bas: les murailles de l ancienne cité a l ajustement parfait nous rappelle que les Incas n ont rien inventé. En effet la civilisation tiwanaku s etablit en 1000 avant Jesus Christ, pres de 2000 ans avant les Incas!

DSC06973DSC06972

Voici la porte du soleil taillee en un seul bloc de 10 tonnes, malheureusement cassé en le transportant. Sur son fronton le dieu Tiwanaku créateur supreme, révéré comme Thunupa par les Aymaras et Viracocha par les Incas. Je ne sais pas ce que vous en pensez mais je soupconne fortement un certain Hergé de s en etre inspiré pour son album le Temple du... Soleil justement.

DSC06974 DSC06975

Au centre de Kalasasaya, le plus grand batiment une statue de 3 metres de haut toise les enormes murs ou s enchevetrent des bloc monumentaux dont certains font plus de 150 tonnes!

DSC06976  DSC06977

Le temple semi sous terrain recele plus de 200 tetes sculptees. L ensemble du site est astronomiquement orienté: aux equinoxes, le soleil apparait exactement dans la porte principale (en bas). Ainsi les Tiwanaku avaient une connaissance des astres.

DSC06978 DSC06979

Une vue panoramique rend compte desd proportions immenses du complexe, bien que celui-ci ait souffert des invasion espagnoles.
En bas: j aime bien les places de ces petits villages qui sert a la fois de marché, de place publique ou les gense se reunissent pour bavarder et de terminal de transport.

DSC06980 DSC06981

De retour a La Paz je retrouve un de mes plus grands amours en allant au cinema. En sortant de l emouvant "l´Etrange cas de Benjamin Button" qui se termine par une tempete, la realite rejoint la fiction; une pluie diluvienne et greleuse s abat sur la capitale, emportant tout dans ses flots et immobilisant le reste.

DSC06982

Ca va ptet vous faire rire mais moi j aime beaucoup cette photo de blague d egout. Pour moi c est comme une nature morte moderne. Et j aime bien le contraste entre l element liquide qui coule a grands flots ondulants et la ponctualité des grêlons épars.